Interview exclusive de Joe Satriani 2014

Retrouvez Joe Satriani dans une interview filmée exclusive pour notre communauté et tous ses membres!
Un nouvel ampli Marshall? De nouvelles guitares Ibanez? Un DVD à venir? De nouveaux albums?
Joe répond aux questions que vous lui avez posé sur nos réseaux sociaux.

[hr_small]

Activez les sous-titres disponibles dans le lecteur YouTube en français ou en anglais!

[hr_small]

L’interview exclusive

[bulleted_list style= »gray »] [/bulleted_list] [hr_small] Haut ▴

Album/tournée

Saturax : À propos de ton dernier album Unstoppable Momentum, quelles ont été tes influences pour cet album, d’où t’es venue ton inspiration?

Joe : « Disons que le principal de l’inspiration vient des expériences de tous les jours. Certaines sont très légères, tu te réveilles, le soleil brille et tu te sens bien. D’autres sont vraiment profondes, l’amour, les pertes, les tragédies, les choses dont tu entends parler ailleurs, celles qui se passent dans ta propre maison, plein de choses comme ça. Et je pense qu’avant que ça ne soit transformé en musique, ou quand ça commence à être transformé en musique, je suis influencé par les compositeurs que j’ai étudié toute ma vie, ceux dont je pense qu’ils ont un talent à créer de la musique en racontant une histoire qui va émouvoir l’audience.
Tu sais, tu viens de parler de Unstoppable Momentum [voire vidéo, ndlr]. Si tu jettes un coup d’œil là-dessus, c’est juste un ensemble de triades suspendues, et d’une ligne de basse. Exactement comme [Always With Me, Always With You, ndlr] juste dans un différent ordre. Je me suis donc focalisé sur des schémas harmoniques qui sonnent plus modernes, qui proviennent des 300 dernières années dans la musique occidentale, et dans le même temps je me suis intéressé à la simplicité et l’élégance qui touchent vraiment les gens et leur procurent un bon ressenti, j’essaye vraiment de jouer avec tout ça.
Si tu regardes un peu ces accords, tu peux peut-être penser que ce sont des accords vraiment étranges, n’est-ce pas? Ce ne sont pas les classiques Majeurs, mineurs, septième… Ce ne sont bien pas des powerchords non plus. Mais la ligne de basse que j’utilise est une ligne simple qui est utilisée depuis des siècles et elle procure aux gens un bon sentiment.
La plupart du temps je recherche des éléments qui sonnent « basiques » pour utiliser une expression américaine, et ensuite je cherche ce que je peux en faire pour les rendre intéressants d’une manière qui n’a pas encore été utilisée, donc d’un côté je vais avoir des structures harmoniquesqui sont très modernes, des choses que j’ai apprises venant des 100 dernières années à aujourd’hui, et ensuite je vais utiliser des sonorités très modernes et c’est ma façon de jouer avec tous ces composantes de la Musique pour au final pouvoir raconter une histoire. »

Saturax : Tu as beaucoup de fans ici en France et on est revis de t’avoir sur 12 dates cet été, c’est énorme! Qu’est-ce que ça te fais de revenir dans notre pays?

Joe : « Et bien je suis très content! J’ai eu des périodes dans ma carrière ça remonte à l’année 1988 où j’ai fait pas mal de dates en France, parfois ça dépend des événements et on va faire plus de dates en Angleterre ou en Allemagne, on en fait toujours pas mal en Amérique du Nord et du Sud, en Asie aussi… mais voilà la France est assez spéciale pour moi parce que quand j’ai commencé à tourner, à tourner en tant qu’artiste solo la première tournée qu’on a faite en Europe a eu 3 vrais shows. Le premier était le Marquee Club à Londres, un autre était le Jazz Festival de Montreux et le dernier était à Paris au Théâtre Moment.
C’était le début de ma relation avec le promoteur Gérard Drouot qui s’occupe toujours bien de nous ici en France et c’est un bon… Tu sais c’est vraiment important pour tous les musiciens de bien comprendre que les relations avec les agents et les promoteurs sont extrêmement importantes. L’agent va au front et te représente chez toi et à l’extérieur, mais c’est le promoteur qui prend le risque de te faire venir, et c’est vraiment un risque conséquent mais sans de bons promoteurs qui aiment la musique et qui comprennent le business, les musiciens n’iraient pas bien loin.
Et donc Gérard a été un atout incroyable pour m’introduire au public français et l’a fait d’une façon qui a permis à l’audience de s’épandre ce qui est super important. Et au fil des années il est devenu un ami proche et on l’aime beaucoup ici! »

Saturax : Vas-tu sortir un DVD sur cette tournée?

Joe : « Non, on n’y a pas encore vraiment pensé. Tu sais on a commencé cette tournée il y a plus d’un an et là on fait un break pour que les Aristocrats puissent continuer, Mike Keneally avait des projets, je vais enregistrer un album avec Chickenfoot on avait donc plein de choses à faire je devais finir mon livre, etc…
Et on a repris il y a un mois et on va continuer jusqu’au mois de décembre donc… Peut-être qu’entre tous ces emplois du temps on pourrait envisager un DVD mais on n’a pas vraiment commencé à y songer. »

Joe Satriani Universe - exclusive interview 2014

[hr_small] Haut ▴

Personnel

Saturax : Des questions plus personnelles maintenant, à propos de ton surnom… pourquoi « Satch? » D’où est-ce qu’il vient, qu’est-ce qu’il veut dire?

Joe : « C’est un phénomène très américain. Quand on grandit en Amérique, quand j’ai grandit, tout le monde venait d’autrepart, leur parents… de Roumanie, France, Italie ou d’Allemagne, tout le monde avait un nom de famille qui sonnait d’autrepart et donc tout le monde a vite changé ça entre amis, ainsi Bud Heimer devenait « Buddy » et Satriani est devenu « Satch » et ainsi de suite…
C’est juste un petit aspect éttrange de la culture américaine au 20ème siècle. Il y avait une vraie mouvance pour être américain, personne ne savait exactement ce que c’était mais on savait que ce n’était pas de l’ancien monde en Europe, ça devait être quelque chose de nouveau. Mes grand-parents sont originaires d’Italie, on atterrit à New York en 1907 et on élevé mes parents de manière à ce qu’ils soient les plus américains possible, en ne parlant pas Italien et en ne parlant pas Anglais avec un accent italien.
Et donc quand mes frères et sœurs sont nés, avec moi, c’était dans la même optique de parraître le plus possible comme si on venait de New York avec très peu de lien du côté italien. C’est très différent maintenant quand on considère qu’un américain moyen va plus avoir tendance à revendiquer ses origines. Mais remonte aux années où les américains étais fous et avaient peur des
communistes et tout et tout donc… Voilà donc c’est que là que « Satch » vient vraiment, c’était juste un surnom. »

Saturax : Il semble bien que tu puisse faire un show de 2 heures sans jamis faire une seule erreur..! Quel est ton secret?

Joe : « La meilleure chose qui peut t’arriver c’est d’avoir un bon groupe disons ça, tu dois avoir un bon groupe.
Si un groupe vous fait sentir qu’il y a de la place pour parfaire ton jeu ou improviser, il n’y a plus aucune tension tu vois ce que je veux dire? Et ensuite tu peux vraiment te concentrer sur l’instant présent et le public, c’est très important. J’ai toujours pensé qu’il est primordial de savoir qu’un concert de Rock n’est pas une représentation. C’est un événement qui arrive une fois dans une vie pour les gens qui sont venus te voir. Qu’importe où tu peux jouer.
Donc pour arriver à ça tu dois faire partie de l’événement et ça implique que certaines parties soient simplifiées, peut-être d’autres seront jouées deux fois plus dures, avec deux fois plus de notes parce que ton public va te booster à mort. Et ton groupe doit comprendre qu’il doit naviguer avec ça. Je pense que c’est la chose principale.
Au delà de ça il est évident que tu dois t’entraîner, c’est pour ça que je fais l’interview en même temps que je gratouille, je n’ai pas joué de guitare hier et je veux m’assurer d’être échauffé comme il faut pour le concert de ce soir. »

Saturax : 27 années séparent « Not of this Earth » de « Unstoppable Momentum ». Qu’est-ce qui a changé dans ta pratique de la guitare, dans ta manière de penser et de jouer la musique?

Joe : « Je pense qu’au fil des années, le succès m’a fait comprendre ce qu’était un vrai concert.
Avant « Not of this Earth » je me suis toujours demandé pourquoi quand je jouais je ne pouvais montrer aux gens que 40 pour cent de ce que je savais faire. Et je n’arrivais pas à faire mieux. Qu’est-ce qui faisait que sur scène j’étais très excité, ou nerveux, que c’était tellement intense et qu’à la fin du show je me disais qu’il n’avaient jamais vu le vrai Joe Satriani jouer? Qu’ils ont juste vu un modèle réduit? Et j’ai pensé que c’était quelque chose que je ne faisais pas.
Et je n’ai compris d’où ça venait qu’en 1988 quand je tournais avec 2 projets. Je commençais une tournée en tant que « Joe Satriani l’artiste solo » qui était tout nouveau et je n’étais pas vraiment sûr de moi, est-ce que je dois bouger partout? Est-ce que je doit rester comme ça quand je joue? Tiens il y a des lumières qui bougent autour! Est-ce du Jazz? Est-ce que c’est de la Fusion? Du Rock? Du Metal? Qu’est-ce que c’est au final?
Mais cette année là j’ai aussi joué avec Mick Jagger et c’était vraiment un gros break dans ma période d’artiste solo. J’étais un artiste solo pendant 3 semaines en janvier 1988 et je me retrouvais en plein milieu de neuf personnes dans le groupe de Mick. Je pouvais donc souffler un peu parce que Mick Jagger était là, faisant la meilleure démonstration de Rock’n’Roll qu’on puisse imaginer. Et il y avait un autre guitariste, un claviériste, un joueur de cor, des choristes, là j’ai commencé à comprendre qu’il y avait moyen d’être soi-même.
Et Mick Jagger me disait toujours « Sois juste toi-même, va sur scène et donne aux gens le meilleur spectacle dont tu es capable, ça veut dire que tu dois être Joe ne te soucie pas d’être Keith ou Mick Taylor ou un autre, sois juste toi-même. »
Et quand je suis sorti de cette première tournée avec Jagger et suis retourné à mes projets solo avec Stu Hamm et Jonathan Mover, j’avais une nouvelle idée de comment j’allais montrer aux gens tout ce que je savais faire, et cette année là a été décisive quant au fait de développer sur scène les albums « Surfing with the Alien » et « Not of this Earth » en face d »un public. Parce que je savais très bien le faire en studio, je devais juste trouver comment le faire vivre sur scène et comment le rentre intéressant à regarder, je pouvais très bien me planter là
et jouer l’album tout entier note pour note mais ce n’est pas très intéressant.
Et j’ai beaucoup appris ça de Mick et comment il a su habiter les morceaux des Rolling Stones, ses propres morceaux et les faire vivre en concert. Mais sans se changer, il est restéfidèle à lui-même. Et c’était génial de le voir faire ça, ça m’a donné beaucoup de foi dans le Rock’n’Roll. »

Joe Satriani Universe - exclusive interview 2014

[hr_small] Haut ▴

Nouveau matos

Saturax : Tu avais une guitare bleue avec trois micros format simple sur la tournée Experience Hendrix, et maintenant sur cette tournée tu as une nouvelle guitare violette. Est-ce qu’une nouvelle guitare est prévue chez Ibanez?

Joe : « La violette va être produite, c’est chose sûre. Il y aura en fait deux modèles, enfin deux versions de ce modèle. Ils auront tout deux cette couleur spéciale d’un violet profond et scintillant c’est en fait un genre de violet métallique dans un sens, c’est une couleur très inattendue que nous avons trouvé.
Une aura une configuration juste comme celle-là, là on a une 24 frettes, à la base ça sera une JS 2410 mais avec une finition différente mais en Aulne et à 24 frettes. Et il y aura un autre modèle qui sera doté d’un Sustainiac à un endroit. Je les utilise beaucoup durant les concerts et il y a toujours un morceau, enfin tous les trois morceaux il y a toujours un moment où je vais utiliser le Sustainiac pour une partie. Donc on produira tout ça.
Et à côté on travaille toujours sur la guitare bleue à trois micros simples. Nous essayons de trouver une couleur unique, la couleur de ce prototype n’est plus vraiment d’actualité. On cherche donc un substitut qui sera mieux, et durant toute cette longue période qui s’impose pour trouver la couleur, Steve Blucher et DiMarzio m’ont aidé à peaufiner les trois micros et maintenant on a les Satch Track qui iront sur cette guitare. Donc en fait la seule chose qui reste à voir est… la couleur, la couleur de la peinture! J’espère que nous trouverons le bon bleu. »

Saturax : Et cette guitare a t-elle déjà un nom?

Joe : « Non, pas encore. »

Saturax : Tu avais une guitare bleue avec trois micros format simple sur la tournée Experience Hendrix, et maintenant sur cette tournée tu as une nouvelle guitare violette. Est-ce qu’une nouvelle guitare est prévue chez Ibanez?

Joe : « Il n’y a plus rien en vue avec Vox… Il y aura quelque chose à venir chez Marshall dont je suis extrêmement impatient mais je ne suis pas sûr de pouvoir en parler!
Mais nous avons été à Santiago Alvarez, leurs ingénieurs en chef ont conçu et travaillé depuis des mois sur un nouvel ampli dont je pense que beaucoup de gens et particulièrement des gens qui ne partent pas en tournée vont énormément apprécier. J’espère que nous le finirons totalement avant la fin de l’année. »

Joe Satriani Universe - exclusive interview 2014

[hr_small] Haut ▴

Prochains projets

Saturax : Ton dernier album Unstoppable Momentum a été un succès. Quelle direction comptes-tu explorer pour ton prochain album solo?

Joe : « Tu sais, à peu près à la moitié de l’enregistrement de cet album je pense que parmi les choses que j’ai laissé en attente de mon côté il y a le fait que j’ai ce nouveau groupe et qu’on a encore beaucoup de tournée à faire. Je pense qu’après la tournée en Amérique du Sud je pourrai peut-être commencer à écrire des morceaux spécifiques pour Bryan, Marco et Mike parce que ce sont des musiciens vraiment uniques et je pense que ce qu’on a créé ensemble est très différent de ce que j’ai pu créer avec les autres groupes. Mais à la place d’amener les gars et leur dire « jouez la musique que j’ai déjà écrite » j’ai pensé qu’il serait bien de composer de nouveaux morceaux en connaissant Marco, Bryan et Mike pour mettre à profit et exploiter le son particulier que nous avons en concert.
Ce sont des choses que j’ai mis de côté et j’y reviendrai au début de l’année prochaine, pour l’instant nous avons un planning où Mike Keneally enregistre un album solo, les Aristocrats enregistrent leur album solo, il y aura un album avec Chickenfoot et mon album solo. Pour l’instant nous ajustons simplement nos emplois des temps respectifs pour être sûr qu’il y ait du temps pour tout le monde. »

Saturax : Tu viens d’évoquer un nouvel album avec Chickenfoot, que peux-tu me dire à propos de la composition du groupe et de la date de sortie?

Joe : « Ça devrait être le groupe original, J’ai vu Chad et j’ai joué avec Sammy il n’y a pas si longtemps que ça, il y a 2 semaines à San Francisco, et tout le monde semblait prêt à faire quelque chose mais nous avons tous moi mon planning de tournée, celui de Chad écrivant et enregistrant avec les Chili Peppers, et Sam est en ce moment en tournée pour l’été donc…
Je pense que si on a de la chance d’ici la fin de l’année on pourra aller enregistrer, on a déjà des morceaux, assez pour faire un album et c’est juste une question principalement de qui se sent d’enregistrer. Donc 2015 sera très productif je pense. »

Saturax : Et qu’en est-il d’un nouveau G3?

Joe : « Peut-être 2015, on en a parlé à quelques guitaristes. Parce que tout le monde est occupé pour le reste de l’année et on nous verra peut-être la seconde moitié de 2015 mais la tournée commencerait aux USA, ça fait longtemps qu’on a pas fait de G3 là-bas donc on commencerait là-bas. Mais je ne peux pas dire avec qui pour l’instant… »

Saturax : Et bien merci Satch d’avoir répondu à mes questions, je te souhaite un bon concert ce soir à Six-Fours, et je te dis à la prochaine. »

Joe : « Oui merci beaucoup, à bientôt ! »

Joe Satriani Universe - exclusive interview 2014

Interview recuillie à Six-Fours-les-plages le 8 juillet 2014 dans le cadre du Unstoppable Momentum tour 2014 en Europe.
Les splendides photos de l’interview ont été prises par Pierre Malet et Flow.
Nous tenons à remercier Joe et toute son équipe, particulière Mick Bridgen pour sa disponibilité et son attention…

Recent Posts
  • Super Boulot Saturax ! C’est une première une interview aussi bien réalisée par des frenchies sur le Maître ! J’espère pouvoir participer aux futurs concerts et prendre encore de belles photos comme celles de Six four !

    • Merci Flow, en merci pour les super photos que tu as prises !
      Il y en aura d’autres des vidéos…

  • mike63

    Oui excellent travail, on sent vraiment que Saturax à pris autant de plaisir à faire l’interview et la partager avec nous, chapeau bas l’ami 😉