The Extremist

The Extremist

The Extremist

The Extremist

Sorti en 1992

Liste des titres

  1. Friends
  2. The Extremist
  3. War
  4. Cryin’
  5. Rubina’s Blue Sky Happiness
  6. Summer Song
  7. Tears In The Rain
  8. Why
  9. Motorcycle Driver
  10. New Blues

Extraits

Credits

Enregistré et mixé à OCEAN WAY et RECORD ONE, Los Angeles, Californie, et à BEARSVILLE, COAST RECORDERS, ALPHA AND OMEGA RECORDING, San Francisco, Californie et aux FANTASY STUDIOS, Berkeley, Californie (1992)

Joe Satriani (guitare, basse, banjo, claviers, harmonica)
Matt Bissonette (basse)
Gregg Bissonette (batterie)
Paulinho Da Costa (percussions)
Andy Johns (orgue)
Brett Tugle (orgue)
Doug Wimbish (basse)
Phil Ashley (claviers)
Simon Phillips (batterie,tambourin)
Bongo Bob Smith (batterie électrique,percussion)
Jeff Campitelli (cymbales)

Chansons écrites par
Joe Satriani

Produit et mixé par
Andy Johns et Joe Satriani

Montage additionnel par
John Cuniberti

L’avis de l’équipe

Celui qui nous avait ébloui en 1986 avec un Not Of This Earth novateur, conquis en 1987 avec un Surfing With The Alien qui achevait de nous prouver que les albums de guitare avait leur place sur le devant de la scène, et surpris en 1989 en s’essayant au chant et à des sonorités quelque peu différentes sur Flying In A Blue Dream nous revient en 1992 avec « The Extremist ».

Joe Satriani caresse avec ce disque l’auditeur dans le sens du poil. Notre six-cordiste flatte les radios américaines et assoit encore plus sa notoriété et son leadership.

Le titre d’ouverture « Friends » est convivial et sympathique. C’est une entrée en matière propre et lisse. Suit un « The Extremist » tonitruant, qui alterne morceaux de bravoure à la guitare et refrain endiablé à l’harmonica.
« War » est efficace et prenant, et nous plonge dans un univers mystique, oriental, presque inquiétant.

Arrive alors la fantastique ballade « Cryin’ », véritable bijou de composition qui alterne mode majeur et mineur, la mythique théorie du « Picth Axis » qui distingue les arrangements harmoniques de Satch (que l’on retrouve sur de nombreux morceaux comme « Always with me, Always with you » ou « Love Thing »). « Rubina’s Blue Sky Hapiness » est un hommage magnifique à son épouse (ce n’est pas la première fois), avec des accents un peu Irlandais dans les mélodies ; l’arpège de « Tears in the Rain » est également empreint d’émotions (Joe réitérera ce genre de chef d’oeuvre avec le magnifique « Baroque » de Time Machine).

« Summer Song » et « Motorcycle Driver » sentent bon l’adrénaline, les moteurs, et les filles en débardeur sous un soleil de plomb. « Why » achève de nous transporter dans un univers Rock et funky, tandis que « New Blues » lorgne du côté du Jazz et du Blues, agrémenté des envolées lyriques du maître, cela va de soi.

Flying In A Blue Dream The Extremist The Beautiful Guitar

Haut ▴